La salle Ferrat au Tholonet, pourtant choisie à cause de sa grande taille, n’a pas suffi à accueillir assis tous les participants à la réunion organisée par les Chrétiens de Sainte-Victoire sur l’accueil des réfugiés. Les habitants du Pays d’Aix se sont montrés motivés pour s’informer, débattre et agir en faveur des demandeurs d’asile arrivant dans notre région.

Après des présentations par différents responsables de JRS (Jesuit Refugee Service), de l’antenne locale de JRS (Welcome Pays d’Aix), du collectif AGIR, du Secours Catholique et des témoignages de familles d’accueil, un débat animé par Pierre Langeron, professeur de droit, a permis d’éclairer la centaine de participants sur les conditions de l’accueil, l’approche des différentes associations actives sur Aix, les actions concrètes envisageables pour qui souhaite aider.

Notre département (Bouches-du-Rhône) compte actuellement entre 3 et 5 000 migrants, avec différents statuts : demandeurs d’asile enregistrés, migrants clandestins (soit non enregistrés, soit déboutés de leur demande d’asile), personnes ayant obtenu le statut de réfugiés, mineurs théoriquement pris en charge par l’Etat. Même ces derniers, prioritaires selon les conventions signées par la France, restent souvent à la rue, et dorment par exemple à la Gare St-Charles à Marseille, non sans risques.

La réunion a permis de relativiser les appréhensions et les réserves des participants : l’expérience montre que, dès que l’on met un visage et un nom sur une personne, quelle que soit son origine, les barrières tombent. Plusieurs témoignages ont montré tout ce que les familles d’accueil reçoivent de la part de leurs visiteurs momentanés – sourire en général malgré les épreuves subies, capacité à vivre l’instant présent, volonté d’apprendre, de partager, de s’intégrer.

Par ailleurs, les modalités d’accueil mises en place par Welcome évitent les prises en charge trop longues (4 à 6 semaines de séjour d’un migrant dans une famille donnée, au maximum; le migrant tourne dans plusieurs familles travaillant en équipe), de façon à éviter un trop fort attachement réciproque. Il s’agit de rendre autonome, en donnant au migrant les bons outils pour poursuivre son parcours de vie en France, autour d’un « projet » (obtenir ses papiers, se former en français, acquérir un métier et un logement, enfin devenir membre à part entière de notre société ou au contraire préparer un retour, quand il est possible).

Welcome fait partie du collectif Agir, qui réunit sur Aix 26 associations laïques ou confessionnelles (Cimade, Ligue des Droits de l’Homme, Secours populaire, Secours Catholique etc.), lesquelles coopèrent efficacement dans l’assistance aux migrants, avec des pôles spécialisés dans la formation (langue française), la recherche d’hébergements, l’assistance juridique, les soins etc. Les besoins étant extrêmement variés, chacun peut apporter sa contribution, petite ou grande, au devoir d’humanité vis-à-vis de personnes généralement venues en France pour échapper au pire, souvent très blessées par leur parcours, mais aussi dotées de talents parfois remarquables (niveau d’éducation en moyenne supérieur au nôtre, forte capacité d’adaptation, connaissance fréquente de plusieurs langues, qualités fréquentes de respect et de soin pour les autres).

Toutes ces actions ont leurs limites et leurs difficultés, bien sûr. Mais le Père Luc-Marie Lalanne, responsable de la paroisse des Chrétiens de Sainte-Victoire (Le Tholonet, Beaurecueil, St-Antonin) et initiateur de cette réunion, a conclu par une citation de Mère Térésa : Ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. Mais si cette goutte n’existait pas dans l’océan, elle manquerait !

Comments
  • Polomer
    Répondre

    Bravo. Belle idée, bel optimisme, belle action. Bien vu, bien pensé.
    A suivre !

Leave a Comment