Éditorial de Monseigneur Dufour, le 1er décembre 2017

Voici un évènement qui ne fait pas de bruit en ce début du mois de décembre. Cet évènement est une prière qui monte vers le ciel, comme un cri : « Comment cela se fera-t-il ? » Chaque fidèle, chaque famille, chaque communauté, chaque paroisse, met dans des mots ses aspirations les plus ardentes et les plus chères et les confie à Dieu par Marie.

Voici ce cri des âmes. Chaque enfant qui naît recevra-t-il le pain pour chaque jour, comment cela se fera-t-il ? Les armes se tairont-elles un jour, l’humanité connaîtra-t-elle enfin la paix, comment cela se fera-t-il ? Nos dirigeants parviendront-ils à mettre en place une politique qui donnera à chaque être humain un toit et un travail, comment cela se fera-t-il ? C’est une litanie de cris, de peurs, d’espoirs, qui montent vers Dieu avec cette prière : « Comment cela se fera-t-il ? »

Ce fut un jour la prière de Marie de Nazareth à l’ange Gabriel qui venait lui annoncer la naissance du Prince de la paix, le Fils du Très Haut, le Sauveur du monde. Et l’ange lui dit : « L’Esprit Saint viendra sur toi ». Et il ajouta : « Rien n’est impossible à Dieu ». Marie mit sa foi en cette parole et elle chanta : « L’amour de Dieu renverse les puissants, il élève les humbles, il comble de biens les affamés ».

Comment cela se fera-t-il ? C’est aussi la prière des disciples de Jésus qui avaient reçu mission d’annoncer la Bonne Nouvelle de la puissance de l’amour que Dieu a donné à voir en Jésus-Christ. Puissance comparée à celle du grain de blé qui meurt et porte du fruit. Puissance dont le signe est l’évènement de la Résurrection. Et les disciples entendirent cette Parole du Ressuscité : « L’Esprit Saint viendra sur vous ». Ils mirent leur foi en cette parole.

Tel est le sens de la neuvaine de prière que les catholiques du diocèse d’Aix et Arles vivent en ce début du mois de décembre et qui s’achèvera le vendredi 8 décembre par la consécration du diocèse au Cœur Immaculé de Marie. Nous sommes Marie à qui l’ange Gabriel annonce la naissance du Prince de la Paix. Nous sommes les disciples de Jésus à qui le Ressuscité promet le don de l’Esprit Saint. Nous nous offrons au cœur de Marie pour faire nôtre leur prière et leur acte de foi.

« Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance » écrit Charles Péguy. En ce temps qui nous prépare à la fête de la Nativité du Seigneur, prions et osons étonner Dieu par notre espérance.

 

+ Christophe DUFOUR

Archevêque d’Aix-en-Provence et Arles

Leave a Comment