Homélie de Mgr Dufour, archevêque d’Aix et Arles, lors de la consécration du diocèse au cœur immaculé de la Vierge Marie, le vendredi 8 décembre 2017 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence.

« Comment cela se fera-t-il ? » C’est la prière de Marie à l’ange Gabriel. En cette fête de l’Immaculée Conception où nous consacrons notre Église diocésaine au Cœur Immaculé de Marie, je vous propose de faire nôtre cette prière. La faire nôtre pour le monde. La faire nôtre pour notre Église diocésaine d’Aix-en-Provence et Arles.

La faire nôtre pour le monde.

Écoutez votre cœur, frères et sœurs. Écoutez votre cœur comme Marie à Nazareth. Marie espère, elle creuse en elle l’espérance pour son peuple. Écoutant comme elle notre cœur, nous creusons nous aussi l’espérance pour notre monde. L’espérance que chaque maman sur la terre puisse donner à son enfant le pain pour chaque jour. Comment cela se fera-t-il ? L’espérance que les armes se taisent et que tous les peuples de la terre puissent vivre en paix. Comment se fera-t-il ? L’espérance que l’humanité soit pour toujours guérie de son mal. Comment cela se fera-t-il ? Écoutant son cœur et priant le Seigneur, Marie entendait la promesse de Dieu.  La promesse faite à Abraham, transmise d’âge en âge par les prophètes. La promesse d’un roi suscité par Dieu lui-même pour faire advenir sur la terre son royaume de justice et de paix. Et voici que l’heure est venue de l’accomplissement de la promesse de Dieu. L’ange annonce à Marie la naissance en son sein du Prince de la Paix, le Fils du Très Haut, le Sauveur du monde. Marie met toute sa foi en cet accomplissement. Mais…, comment cela se fera-t-il ?

« L’Esprit Saint viendra sur toi » dit l’ange. Dieu a besoin du OUI de Marie. Dieu s’abaisse jusqu’à avoir besoin de notre OUI. Et Marie dit OUI. OUI je crois. Et elle chante : « C’est magnifique, le Seigneur fait des merveilles. Regardez, l’amour de Dieu renverse les puissants, il élève les humbles, il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides ». Tout est accompli. Heureuse es-tu, Marie, toi qui as cru. En Jésus-Christ, tout est accompli. En Jésus-Christ, le royaume de Dieu s’est fait proche. En Jésus-Christ, Dieu a tout donné de Lui, pour que le monde ait la vie en Lui.

La faire nôtre pour notre Église diocésaine.

Nous faisons nôtre la prière de Marie pour le monde, nous la faisons nôtre aussi pour notre Église diocésaine. Elle est la prière des apôtres avant la Pentecôte. Ils ont reçu mission de proclamer la Bonne Nouvelle de la puissance de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ. Puissance comparée à celle du grain qui meurt et porte du fruit. Puissance dont le signe est l’évènement de la Résurrection. « Allez, dit le Christ, de toutes les nations, faites des disciples ». Les apôtres ont peur. « Comment cela se fera-t-il ? » Le Ressuscité leur dit : « L’Esprit Saint viendra sur vous ». Et ils eurent foi en cette parole.

Frères et sœurs, nous sommes aujourd’hui les disciples à qui le Christ confie son mandat missionnaire. Si j’ai souhaité consacrer notre Église diocésaine à Marie, c’est parce que j’ai entendu d’une manière nouvelle cet ordre du Christ. « C’est le moment », dit le pape François dans « La joie de l’Évangile ». Avec la force des prophètes, il écrit : « J’espère que toutes les communautés avanceront sur le chemin d’une conversion missionnaire… Je les invite à se mettre en un état permanent de mission… J’imagine un choix missionnaire capable de transformer toute chose ». Le prophète François a parlé. Devant cet ordre du Christ, je redis avec Marie : « Comment cela se fera-t-il ? »

Par la consécration à Marie, nous implorons une nouvelle Pentecôte pour notre diocèse. Par la grâce renouvelée du don de l’Esprit Saint, devenons disciples-missionnaires, témoins joyeux de la rencontre du Ressuscité, débordant d’un amour fraternel puisé au Cœur Immaculé de Marie.

Qu’est-ce que la consécration ?

La consécration n’est pas un acte magique. Elle est avant tout un acte de foi et nous fait revenir à la source de notre baptême. Par le baptême, nous avons été donnés au Christ, configurés à lui, tout entier offerts, « bénis, comblés et choisis » écrit saint Paul aux Éphésiens. La perfection, écrit saint Louis-Marie Grignon de Montfort, c’est « être conformés, unis et consacrés au Christ ». Par conséquent, ajoute-t-il, la plus parfaite des dévotions est « celle qui nous conforme, unit et consacre le plus parfaitement à Jésus-Christ ». Or Marie est la plus conforme au Christ. Donc la dévotion qui conforme le plus une âme au Christ est la dévotion à Marie, sa sainte Mère. Et il conclut : « Plus une âme sera consacrée à Marie, plus elle le sera à Jésus Christ ».

La grâce que nous demandons ce soir, c’est la grâce d’une Pentecôte pour la transformation missionnaire de notre famille diocésaine. Saint Louis-Marie écrit encore : « Quand le Saint Esprit a trouvé Marie dans une âme, il y vole, il y entre ». Nous nous confions à la prière de Marie pour que l’Esprit descende sur notre Église diocésaine comme il est venu sur elle qui est Mère de l’Église. Je vous invite, au cours de cette nouvelle année pastorale, à raviver en vous le don de l’Esprit Saint reçu à votre baptême et votre confirmation. J’invite chaque curé à consacrer à Marie sa ou ses paroisses. J’invite chaque famille à se consacrer à Marie.

Marie dit encore : « Ils n’ont plus de vin ». C’était à Cana, la seconde prière de Marie dans l’Évangile. Elle s’adressait alors à Jésus. Ne doutons pas qu’elle se tourne ce soir à nouveau vers lui et lui rappelle la promesse faite à ses disciples : « Je prierai le Père et il vous enverra l’Esprit Saint ».

Ô Marie, prends-nous en ton cœur immaculé, embrasse-nous et prie pour nous. AMEN.

 

Leave a Comment