Il est toujours juste de le rappeler, l’Église ne vit que des dons de ses fidèles : quêtes, offrandes diverses, legs… et Denier. Créé après la loi de 1905, ce dernier permet concrètement d’assurer le traitement des prêtres, des religieuses missionnées au service des paroisses, et des laïcs salariés en pastorale. L’édition 2018 de la campagne annuelle de collecte du Denier est lancée ces jours-ci dans notre diocèse. Explications. 

 

 

La principale ressource

Le Denier est la principale ressource pour une diocèse et ses paroisses, même s’il ne permet pas, seul, de couvrir toutes les dépenses. En complément, les fidèles apportent leur soutien matériel grâce aux quêtes, aux offrandes de messes, au casuel (offrandes effectuées lors des baptêmes, mariages, obsèques), aux dons libres et legs, aux offrandes diverses (cierges, troncs). Aucune subvention n’est reçue, ni du Vatican ni de l’État.

Un don pas comme les autres

Le Denier n’est pas un don comme un autre, uniquement motivé par la générosité. Il est une contribution volontaire qui repose sur le fait d’être membre de l’Église et de vouloir participer à sa vie matérielle. Il fait donc appel au sentiment d’appartenance et de fidélité envers l’Église, et manifeste l’attachement à la personne du Christ et aux valeurs chrétiennes. En tant que baptisé, chacun est ainsi invité à participer au Denier, dans la mesure de ses possibilités, même modestes.

L’important… c’est de participer

Le montant du don est laissé à l’appréciation de chacun. L’Église propose comme repère de donner l’équivalent de 1 à 2% de son revenu annuel. Tout participation, même modeste, est précieuse. Au-delà des inquiétudes face à ces temps troublés, en donnant au Denier, on pose aussi un acte de foi et de confiance pour le présent et l’avenir.

Dans le diocèse ? 

En 2017, la collecte du Denier s’est élevée à 2 596 476 €, soit une hausse de 18 381 € par rapport à 2016. Le nombre de donateurs, lui, a continué de diminuer (- 1,64 %). La contribution de chacun a permis à Mgr Dufour d’appeler dans le diocèse une communauté de 3 prêtres à Arles, de 3 religieuses à Meyrargues et de 6 consacrées à Salon. Notre archevêque souhaiterait pouvoir continuer à appeler au moins deux autres communautés en 2018, pour poursuivre la dynamique de transformation missionnaire dans nos paroisses et notre Église diocésaine. Grâce à vous.

 

> FAIRE UN DON

Comments
  • Verilhac christine
    Répondre

    Le denier de l’Eglise est-il destiné uniquement à importer des prêtres et des religieux? Pour quoi faire ? Pour moi,l’Eglise c’est la communauté des croyants. Nous ne sommes pas des consommateurs mais les pierres vivantes de l’Eglise. Si notre vie ne témoigne pas, dans notre quotidien, en dehors de la cour de la paroisse, de la Bonne Nouvelle, elle n’a aucun sens. Bienvenue aux Communautés qui viennent pour nous évangéliser ! Nous en avons tous grand besoin. Mais osons sortir de nos enclos paroissiaux, c’est là qu’on attend notre témoignage.

Leave a Comment