Dimanche 13 mai 2018 à Mollégès, l’archevêque du diocèse d’Aix et Arles, Monseigneur Christophe Dufour, a présidé la cérémonie des vœux perpétuels prononcés par Sœur Marie Louise, de la Congrégation des Filles du Saint-Cœur de Marie. retrouvez son homélie.

« Nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous avons cru ». Frères et sœurs, si nous sommes rassemblés aujourd’hui dans cette église de Mollégès, c’est parce que nous avons cru en Jésus-Christ. Nous avons mis toute notre confiance en Lui. Nous croyons que Dieu a donné en lui tout son amour. Cet acte de foi guide toute la vie du chrétien. Il la guide dans l’amour et pour l’amour. Cette expérience est si importante que l’apôtre Jean ose écrire que, si nous nous aimons, l’amour de Dieu atteint en nous sa perfection, comme il a atteint en Jésus sa perfection.

A vue humaine, c’est impossible. Nous sommes des petits êtres misérables, nous ne faisons pas le bien que nous voulons, et nous faisons le mal que nous ne voulons pas. Vivre l’amour à la perfection est une mission impossible. Mais, avec Marie, nous savons que rien n’est impossible à Dieu. Avec Marie, nous savons que l’Esprit Saint viendra sur nous, pour aimer en nous et nous établir dans un amour divin. Ainsi, pour aimer, il nous faut accueillir l’amour. Apprendre à nous laisser aimer, comme un enfant. Chère sœur Marie-Louise, en ce jour de votre profession solennelle, vous êtes aujourd’hui comme l’enfant.

Regardez l’enfant. Il est pauvre. L’enfant est dépendant de ceux qui subviennent à ses besoins pour vivre. Il est obligé de demander. Et en même temps, ce qu’il reçoit, il le partage. Il sait que tout lui est donné. Spontanément, généreusement, il offre en partage tout ce qu’il a reçu. Sœur Marie-Louise, vous choisissez aujourd’hui d’être pauvre. Vous faites vœu de pauvreté. Certes, vous ne manquerez de rien, il existera toujours de bien plus pauvres que vous, et qui n’ont pas choisi d’être pauvres. Mais vous considérerez que tout ce que vous avez vous est donné et vous le partagerez. Vous êtes appelée à tout donner, à ne rien garder pour vous. Vous aurez besoin des autres. Vous ne rechercherez pas la promotion humaine. Vous demeurerez humble et pauvre, comme le Christ, car vous avez choisi de vous ajuster à lui. Marie-Louise, vous êtes aujourd’hui comme l’enfant.

Regardez l’enfant. Voyez comme il a le cœur pur. Il est chaste. Il ne juge pas. Il offre à tous sa confiance, au risque parfois d’être naïf et d’en payer le prix. Sœur Marie-Louise, vous faites aujourd’hui le vœu de chasteté. Vous vous engagez au célibat et votre cœur sera pour tous, sans préjugé, sans juger, sans attachement particulier. Disponible  à tous et à toutes, tout entière à chacune et à chacun, vous témoignerez que Dieu met sa confiance en tout être, sans faire de différence entre les humains. Marie-Louise, vous êtes aujourd’hui comme l’enfant.

Regardez l’enfant. Il est obéissant. L’enfant apprend à obéir. Non par soumission, mais parce qu’il a confiance. Il ne fait pas ce qu’il veut, certes, parce qu’il doit apprendre à orienter sa volonté vers son bien, vers son bonheur. Et il met sa confiance dans la parole de ceux qui veulent son bien. Ainsi fait le Christ, obéissant à la volonté de son Père. Sœur Marie-Louise, vous faites aujourd’hui le vœu d’obéissance. Pour être libre. Libre pour aimer comme le Christ. Marie-Louise, vous êtes aujourd’hui comme l’enfant.

Frères et sœurs, pour aimer comme le Christ, apprenons jour après jour à nous laisser aimer comme lui. Chaque jour, par l’Esprit Saint, le Christ infuse en nous son amour et nous conduit sur le chemin de la perfection de l’amour. Dans l’Eglise, la vocation religieuse a mission de nous indiquer ce chemin. Une femme qui s’engage dans la vie religieuse est appelée à vivre sa vocation de baptisée, tout simplement, dans la pauvreté, la chasteté et l’obéissance, ce qu’on appelle les trois vœux, qu’on appelle aussi les « conseils évangéliques ». Je cite le concile Vatican II : « La profession des conseils évangéliques apparaît comme un signe qui peut et doit inciter efficacement tous les membres de l’Eglise à l’accomplissement joyeux des devoirs inhérents à leur vocation chrétienne » (LG 44). C’est ainsi que nous serons missionnaires. Missionnaires de l’amour de Dieu.

Chers amis, vous avez accueilli à Mollégès une communauté des Filles du Saint Cœur de Marie. Vous les avez magnifiquement accueillies, et je vous en remercie. Elles sont au milieu de nous des missionnaires de l’amour de Dieu. Elles vous sont envoyées pour vous conduire à Jésus par Marie. Vous aussi, soyez missionnaires de l’amour de Dieu. Vous le serez par la communauté que vous formez. Vous le serez par le témoignage de votre amour fraternel, par votre esprit de service, par votre prière, par votre familiarité avec la parole de Dieu, par votre audace apostolique – les 5 essentiels de la vie chrétienne dont témoignent les premières communautés dans les Actes des Apôtres. Je me plais à citer ici le pape François dans sa dernière lettre sur la sainteté : « La communauté est appelée à créer ce ‘’lieu théologal’’ où l’on peut faire l’expérience de la présence mystique du Seigneur ressuscité. Partager la Parole et célébrer ensemble l’eucharistie fait de nous des frères et nous convertit progressivement en communauté sainte et missionnaire » (GE 142).

La perfection de l’amour est impossible par nos propres forces humaines si fragiles et si faibles. Mais avec Marie, souvenons des dernières paroles du Christ : « Vous recevrez une force. L’Esprit Saint viendra sur vous, et vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre ».

Viens, Esprit Saint sur sœur Marie-Louise qui s’engage pour toujours dans la congrégation des Filles du Saint Cœur de Marie.

Viens Esprit Saint sur sa communauté de Mollégès et sur toute sa congrégation.

Viens Esprit Saint sur la communauté paroissiale de Mollégès, viens la sanctifier dans la charité.

Viens Esprit Saint sur toutes familles, pour qu’elles demeurent unies dans l’amour.

Père, au nom de Jésus, donne-nous ton Esprit. AMEN.

Leave a Comment