Saint Césaire docteur de l’Église ? Conférence table-ronde

Cathédrale d'Aix-en-Provence, salle Saint-Sauveur

Cet événement est organisé par l’association « Aux sources de la Provence », en collaboration avec « Les Samedis de la cathédrale ». Il a lieu dans le cadre des démarches pour que saint Césaire d’Arles soit déclaré un jour Docteur de l’Église. 

Interviendront : 
– Jean Guyon, directeur honoraire du CNRS sur le thème « Césaire d’Arles et l’Église de son temps en Provence ».
– Dominique Bertrand, sj, ancien directeur des éditions Sources Chrétiennes, sur le thème « La prédication de Saint-Césaire ». 

Jean Guyon présentera aussi la collection « Césaire d’Arles et les cinq continents », tome 1 et tome 2.

De 15h30 à 18h.

 

Mais qui est Césaire d’Arles ?

Césaire d’Arles, Père de l’Église, est l’auteur d’une œuvre qui aujourd’hui est étudiée sur nos cinq continents. C’est aussi l’auteur latin le plus prolixe après St Augustin. Césaire d’Arles est une référence pastorale et doctrinale, aujourd’hui il bénéficie d’une forte présence universelle.

Il est d’abord un être humble, un être de rencontres, un meneur d’hommes mais aussi un authentique modèle pour ses proches car il ne s’impose pas, il témoigne. C’est un être préoccupé par l’exigence des pauvres, des esclaves, des prisonniers, des hommes et des femmes vivant en déshérence.

Il fait l’objet de publications dans une dizaine de langues en Europe, en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud ainsi qu’en Extrême Orient et Océanie. Mais alors pourquoi découvrir aujourd’hui Césaire d’Arles ? Parce qu’il nous semble que son œuvre est en accointances aux maux de nos sociétés d’aujourd’hui.

Découvrir Césaire d’Arles, c’est prendre le temps de comprendre la construction de son œuvre qui a servi à plusieurs reprises l’Église Catholique (Concile de Trente, Concile de Vatican I et II et dans des Lettres apostoliques), et dernièrement encore notre Pape François faisait référence dans son exhortation apostolique du 9 avril 2018  « Gaudete et Exsultate » (l’Appel à la sainteté dans le monde contemporain) à Césaire d’Arles et à son œuvre.

Redécouvrir Césaire d’Arles c’est aussi redécouvrir une partie de notre histoire provençale et ses apports à l’Église Universelle.

 

« Pourquoi relire Césaire d’Arles aujourd’hui ? »

Même si cela pourra étonner, ce peut être chez certains pour des raisons professionnelles car les écrits de Césaire sont une source d’une rare richesse pour connaître les Gaules et leurs Églises au VIe siècle, ce qui explique l’intérêt que leur portent des chercheurs du monde entier, comme le diront mieux I. Filippov et D. Bertrand.

Mais le grand public, spécialement en Provence, peut également trouver profit à relire Césaire pour découvrir dans ses sermons des « choses vues », comme disait Hugo, qui sont autant de croquis pris sur le vif des Arlésiens de leur temps : il y verra combien ils sont parfois proches de nous et parfois aussi étranges, voire étrangers à nos yeux de modernes.

Pour autant, l’intérêt des écrits de Césaire n’est pas seulement anecdotique, car ils sont porteurs d’une haute ambition spirituelle. En cela ils intéresseront surtout les croyants, mais les agnostiques ou les athées pourront également trouver profit à leur lecture car, sur l’éthique qu’ils professent, « celui qui croit au ciel et celui qui n’y croit pas » peuvent souvent s’accorder.

– Jean Guyon, directeur honoraire du CNRS *

« Césaire pasteur ou théologien en sa prédication » ?

On commence à connaître la curieuse aventure de l’enseignement parlé puis écrit de celui qui, d’abord confesseur de la foi face aux souverains ariens, gouverna cinquante ans l’Église d’Arles en primat de l’Europe de l’Ouest.

Cet enseignement a disparu dans son propre succès. L’éditeur du monument, dom Germain Morin, bénédictin de Maredsous, a remonté la filière. Prenant avec sérieux, en sa foi en l’urgence de la prédication de la Parole de Dieu, sa responsabilité européenne et profitant comme copistes de ses moines et moniales, Césaire d’Arles a inondé nos pays latins d’empaquetages de sermons offerts aux évêques et prêtres de paroisses, qui n’ont plus dès lors, qu’à lire à leur peuple ce que la culture biblique et patristique de Césaire d’Arles a collectionné pour eux.

Césaire d’Arles ne se cache pas de recevoir de la tradition de l’Église en y invoquant Athanase, Ambroise, bien d’autres et surtout Augustin. Et voici le second stade de la diffusion. Ces empaquetages sont indéfiniment pulvérisés en recueil d’homélies attribuées au petit bonheur.

C’est l’enfouissement. Il est bel et bon de pouvoir profiter de l’antique succès grâce à ce qui en est en nos années une vraie résurrection.

– Dominique Bertrand s.j, ancien directeur des éditions Sources Chrétiennes

Informations complémentaires : Guy-Jean Abel,

Tél : 06 22 86 57 30 / fixe 04 42 54 15 02 Aux Sources de la Provence

12 rue de l’Orée Venelles Email : guy-jean.abel@orange.fr