Le Service Catholique des Funérailles, des pompes funèbres missionnaires

service-catholique-funerailles

Le Service Catholique des Funérailles s’est installé courant octobre à Aix-en-Provence et pourra œuvrer sur l’ensemble du diocèse. Bruno de Chateauvieux, actuel gérant du SCF de Marseille, pilote ce projet missionnaire.

Quelle est la mission du Service Catholique des Funérailles ?

Comme toute entreprise de Pompes Funèbres, le SCF accompagne les familles après le décès du proche, dans le parcours de funérailles. Premièrement, il conseille et oriente les familles des défunts. Il assure le lien avec le prêtre ou les équipes paroissiales du deuil pour décider d’une date qui convienne à tous. Il s’occupe de la mise en bière, de l’adieu au visage, de la levée de corps, du transport, de l’inhumation ou crémation.

Qu’est-ce qui différencie le SCF d’une autre entreprise de pompes funèbres ?

Parce que le SCF est estampillé « catholique », notre état d’esprit est différent. On est porté par la prière commune. Tous les jours, toute l’équipe prie ensemble : louange, Parole de Dieu, partage et intentions de prière. Pendant les célébrations de funérailles menées par le prêtre ou des laïcs des équipes paroissiales du Deuil, nous prions avec les familles, nous communions à leur peine, nous prions pour le défunt, ses proches. Cette dimension chrétienne est présente dans les rites que nous menons, quand un laïc ou un prêtre ne peut pas les assurer : les rites avant la fermeture du cercueil (« le rite de l’Adieu au visage ») ou avant l’inhumation ou la crémation.

Sur un plan plus pratique, notre Société Coopérative n’a pas vocation à dégager du profit : il n’y a pas de surenchère commerciale.

Cette implication chrétienne répond-elle à une attente des familles ?

Les familles que nous avons accompagnées sont généralement contentes du soutien que nous leur avons apporté. En prenant le temps d’échanger avec les proches des défunts, la question de la foi, de la mort, de la vie éternelle, du sens de la vie se pose assez vite pour eux. Dans ces moments difficiles, il nous faut témoigner, par la douceur et la compassion, de l’amour du Christ qui guérit les failles et les blessures. Il nous faut manifester la tendresse de Dieu, dans notre écoute, notre accueil, notre prière, nos gestes. En répondant aux questions des familles, nous annonçons très concrètement le kérygme [« Jésus Christ t’aime, il a donné sa vie pour te sauver, et maintenant il est vivant à tes côtés chaque jour pour t’éclairer, pour te fortifier, pour te libérer », Pape François, §164 in La joie de l’évangile 2013, NDLR].

Service Catholique des Funérailles, 66 cours Sextius à Aix. Dans le diocèse, contact : Bruno de Chateauvieux 06.87.45.88.71

Agenda