Déployer ses talents grâce aux autres et partager la joie de croire

1500 personnes du diocèse d’Aix et Arles se sont rassemblées à la Halle de Martigues le 24 novembre 2018 pour vivre le second Forum spi sur le thème Quels Talents ?! Pour beaucoup de participants, c’est le thème qui les a motivés à se déplacer.

 « Je me suis inscrite car le thème m’a interpelée » s’exclame Cécile, nouvelle venue en Provence. Le thème large et rassembleur Quels talents ?! a incité 1500 participants de tous âges à braver les barrages des gilets jaunes pour se rendre à la Halle de Martigues le 24 novembre. L’affiche de l’événement – une petite perle dans une coquille ouverte – promettait aux chrétiens de découvrir leurs dons.

Le père Francis Manoukian, prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, a été invité au titre de son expérience de la mission en tant que fondateur des Équipes Missionnaires Itinérantes (EMI). Il a d’abord planté le cadre général en reprenant les mots de Carlo Acutis : « Tous naissent comme des originaux, tous meurent comme des photocopies ». Autrement dit, au lieu de développer les dons que chacun a reçus, et qui font la différence et la richesse, on cherche toujours à ressembler aux autres. « Pour ne pas mourir en photocopie, il nous faut prendre conscience que l’on a reçu des dons et qu’il nous faut les partager » martèle le père Manoukian.

Découvrir ses talents, une démarche tournée vers l’autre

Chacun est responsable du développement de son prochain. « Souvent, les autres ou les circonstances nous révèlent nos talents ! Prodiguez donc des paroles de bénédiction, des paroles valorisantes qui aident votre voisin à prendre conscience de ses talents », invite le prêtre de l’Emmanuel. Comme un écho au Père Manoukian, Clément Rollin, propédeute du diocèse d’Aix et Arles, a raconté lors d’une table ronde le rôle joué par le curé de sa paroisse étudiante : « Ce prêtre a identifié mon don, il m’a confié la mission de créer des affiches pour la paroisse. J’ai développé cette disposition, et aujourd’hui, des personnes formées au design graphique me disent qu’ils me considèrent comme un confrère, alors que je suis complètement autodidacte ».

Pour rendre plus concrète cette recherche des talents, les adultes ont constitué des petits groupes de cinq ou six personnes. Pour chaque membre du groupe, les autres écrivaient sur sa feuille un don, une qualité, orienté sur la vie en paroisse. « Je n’ai pas découvert de talent caché, mais j’ai pris conscience de l’image que je renvoie. Cette démarche positive m’encourage à développer certaines compétences : ma capacité à tisser du lien, notamment », sourit Priscilla, venue d’Aix-en-Provence. « J’ai été impressionné par leur capacité d’écoute et l’attention de certaines personnes : des gens que je ne connaissais pas m’ont donné un talent qui me correspond tout à fait », témoigne Alain, engagé dans la paroisse de Raphèle-lès-Arles.

Partager ses talents pour donner de la joie

« Le diable était bourré de talents mais il les a gardés pour lui » rappelle le père Manoukian. « Le talent est un cadeau, son but est de procurer de la joie aux autres ». Le fondateur des EMI invite donc chacun à partager ses talents, à condition que les autres en aient besoin. En effet, imposer ses capacités à autrui n’est pas un acte charitable : « la charité oriente les talents au service des autres ».

Très engagé dans la démarche missionnaire, le père Francis Manoukian a appelé les chrétiens à développer le don de l’audace : « Osons proposer le baptême, osons annoncer le nom de Jésus-Christ aux personnes qui craignent de franchir le pas, ne savent pas à qui s’adresser ».

En réponse à cette invitation, une trentaine de paroisses du diocèse d’Aix et Arles avait préparé des stands pour faire connaître leurs bonnes idées, leurs bonnes initiatives paroissiales. Par les topos, les activités, les stands et la table ronde, les chrétiens du diocèse d’Aix et Arles ont donc appris à « Découvrir, développer et partager » leurs talents, selon le mot d’envoi de Mgr Dufour.

Agenda