Écouter, prier, témoigner pendant l’Avent

Dans son homélie de la fête de l’Immaculée Conception, Mgr Christophe Dufour, archevêque d’Aix et Arles, annonce le programme pour l’Avent : écouter, prier, témoigner.

Entendez-vous le cri des pauvres ? Nous ne pouvons pas fêter la sainte patronne de notre diocèse, Marie Immaculée, sans écouter le cri de ceux qui manifestent depuis plusieurs semaines, pacifiquement ou violemment. Ce cri, nous savons que Dieu l’entend. « Je vois la misère de mon peuple, dit Dieu à Moïse, j’ai entendu son cri ».

Et Marie, l’humble Marie, dans le silence de Nazareth, porte dans sa prière le cri des pauvres. Elle entend la rumeur qui traverse tout le premier testament, le gémissement du peuple qui souffre, qui erre sans boussole, qui pleure et qui crie. Le cœur de Marie est le creuset qui recueille toutes les larmes humaines pour les porter à Dieu dans sa prière. Pauvre humanité qui ne parvient pas à vivre dans la paix. Pauvre humanité qui boîte. Un pouvoir suscite l’espoir. Le pouvoir tombe. Un autre vient et tombe à son tour. Comme un perpétuel recommencement, un rêve jamais incarné, un idéal de bonheur jamais atteint, une espérance sans cesse déçue, le désir de repartir d’un bon pied, mais le pied boîte toujours. Humanité blessée par le péché originel, qui te sauvera ?

Chrétiens, nous croyons que nous sommes sauvés, nous croyons que Dieu nous sauve. A chaque eucharistie, nous célébrons le sacrement de notre salut, nous nous offrons en Jésus, pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Quel est donc ce salut que nous avons reçu mission, non seulement de célébrer, mais aussi d’annoncer ? Tandis que nous nous préparons à célébrer la Nativité de notre Sauveur, les évènements de ces jours-ci nous pressent d’annoncer le salut.

Regardons notre Dieu tel qu’il se révèle dans les Écritures. Il écoute. Il entend le cri de son peuple. Et après ? Il entre en dialogue avec son peuple, par l’intermédiaire des prêtres – les fils de Lévi – puis des rois, et enfin par les prophètes. Et il prend une grande décision : il va déchirer les cieux et venir habiter au milieu de son peuple. Lui, le Très Haut, il s’abaisse, il se fait tout petit, à hauteur d’homme, à hauteur du plus petit, du dernier des derniers. On le voit s’approcher, on le voit se laisser approcher par les plus pauvres, les boiteux, les aveugles, les malades, les possédés, les exclus, les moins que rien, ceux dont les fins de mois sont difficiles, tous ceux qui sont marqués par le mal sous toutes ses formes. Il est venu sauver ce qui était perdu. Il n’a rien retenu de lui. Il a tout donné. Et en donnant tout, il répandait son Esprit Saint sur toute l’humanité. Comme un fleuve, l’eau vive de son amour pénétrait les esprits et les cœurs, là où elle était accueillie.

La fête de l’Immaculée Conception est ce soir une lumière qui nous guide vers la fête de la Nativité, la fête de l’Incarnation. Marie est la porte d’entrée de Dieu en notre humanité. Dans la nuit de Noël, nous chanterons : « Un Sauveur nous est né ». Chrétiens, nous sommes appelés à en témoigner. C’est notre mission, en réponse au cri des pauvres.

Comment vivre ce temps de l’Avent ? En trois mots : écouter, prier, témoigner.

ECOUTER

« Restez éveillés » dit Jésus. Les évènements de ces jours-ci nous réveillent. Certes, ils nous inquiètent. Le démon, le diviseur se tient à la porte, prêt à se déchaîner. Ces évènements nous attristent – comment on a pu en arriver là ! Ces évènements nous font pleurer sur notre pays. Ces évènements nous questionnent et nous invitent à écouter. Ecouter à la manière de Dieu. Ecouter le cri de ceux qui ont mal, le cri des gilets jaunes, mais aussi le cri des silencieux, qui cachent une immense souffrance, une blessure.

Permettez ici un témoignage qui m’a été rapporté ces jours-ci. Il s’agit de l’attitude d’un jeune au cours d’une rencontre d’aumônerie. Ce jour-là, il était d’une grande violence, jusqu’à en être méchant. Le prêtre le prend à part et lui demande : « Qu’est-ce qui se passe ? » Le jeune lui dit avec violence : « J’ai vu mon père main dans la main avec une autre femme ». Et il se met à hurler. Puis il se calme. Il a été écouté. Que se serait-il passé si au lieu d’une oreille qui l’écoute, il avait rencontré une bande de ceux que l’on appelle les « casseurs » ? Il aurait tout cassé. Mais il a été écouté avec cœur, avec compassion. La douleur cause la violence. Mais l’écoute apaise la douleur de celui qui crie. L’écoute pacifie, elle est source de paix.

PRIER

« Priez sans cesse » dit Jésus. Nous n’avons pas de solution à tous les maux de la terre. Humblement, comme Marie, dans le silence, nous prions. Nous savons dans la foi qu’une force mystérieuse est à l’œuvre dans l’histoire : l’Esprit saint, le vrai moteur de  notre histoire. Notre combat est un combat spirituel, le combat de Dieu en notre humanité. Avec Marie, nous implorons l’Esprit.

TÉMOIGNER

Témoigner par la charité de l’espérance que donne la foi. Par la charité, donner à voir le salut de Dieu. La charité répare ce qui est cassé. La charité ajuste les relations abîmées. La charité est la vraie source de la justice, et donc de la paix. Nous que Dieu a bénis et comblés, nous que Dieu a choisis, nous que Dieu a prédestinés pour être ses témoins, nous avons mission de témoigner de la joie d’être sauvés, sauvés et aimés.

Sauvons-nous les uns les autres, comme Dieu nous sauve. Ecoutons, prions et témoignons. Confions-nous à la tendresse maternelle de la Vierge Immaculée et à sa prière. AMEN.

Agenda