L’accompagnement spirituel : marcher à côté et au rythme de l’autre

Samedi 19 janvier aura lieu à Marseille une journée sur l’accompagnement spirituel, destinée aux accompagnateurs spirituels, à ceux qui voudraient le devenir ou ceux qui souhaiteraient en bénéficier. Qu’est-ce que l’accompagnement spirituel ? Réponse du Père Thierry Lamboley, Jésuite et organisateur de la journée.

Quelle définition à l’accompagnement spirituel donneriez-vous?

L’accompagnement spirituel est une ouverture à la transcendance. À la différence du coaching, l’accompagnement spirituel ne fixe pas d’objectif. L’accompagnateur spirituel ne tire pas ou ne pousse pas son protégé, mais il marche à son rythme, à l’image de Jésus-Christ qui marche au rythme et dans la direction des pèlerins d’Emmaüs ; il les écoute et leur répond. L’accompagnateur spirituel est un chrétien baptisé qui aide un autre à reconnaître la manière dont l’Esprit-Saint le guide. Il l’aide à se rendre familier de la vie de l’esprit qui est en lui. Il ne l’influence pas, mais le soutient pour reconnaître ce qui germe en lui.

Quelle est la part de psychologie dans l’accompagnement spirituel ?

Il ne faut pas mélanger les deux, même si la personne accompagnée peut aborder des blessures ou des fragilités. Mais dès que l’accompagnateur spirituel sent une sensibilité psychologique, une sorte de verrou, il faut orienter la personne accompagnée vers des personnes compétentes en psychologie.

Qui demande un accompagnement spirituel ?

Les demandes pour être accompagné spirituellement émanent de quatre types de personnes : Tout d’abord, les personnes déjà engagées dans l’Église ; pour mieux vivre leur mission elles ont besoin de ne pas rester seules. Deuxièmement, certaines personnes qui se trouvent à un moment charnière de leur vie demandent à être accompagnées : orientation estudiantine, vocation maritale ou religieuse, réorientation professionnelle. Elles se rendent compte qu’un bilan de compétence n’est pas suffisant, elles ont besoin de mettre leur avenir sous le regard de Dieu et d’être accompagnées pour discerner la volonté de Dieu. Ensuite, les catéchumènes, les recommençants dans la foi, ou ceux qui demandent un sacrement ont besoin d’un accompagnateur spirituel. Enfin, les vieux routiers ont besoin de renouveau.

Qui peut devenir accompagnateur spirituel ?

Tout chrétien baptisé peut devenir accompagnateur spirituel. Mais nous conseillons qu’il soit lui-même accompagné. Ainsi ne se comportera-t-il pas en « sachant » face à la personne accompagnée. Donc l’accompagnement spirituel n’est pas l’apanage des prêtres. Il faut en avoir le charisme.

Comment la journée du 19 janvier se déroulera-t-elle ?

Elle sera organisée en 4 temps : une conférence de Sœur Marie-Christine Sénéquier, Xavière, permettra de repositionner l’accompagnement spirituel. Puis les participants pourront prendre part successivement à deux ateliers, au choix parmi douze. Ensuite les personnes se regrouperont par centre d’intérêt : je souhaite être accompagné/je souhaite devenir accompagnateur spirituel. Enfin, elles seront envoyées, comme les pèlerins d’Emmaüs.

Agenda