Les futurs mariés convaincus qu’ils ne seront pas seuls

30 couples de futurs mariés du pays d’Arles se sont retrouvés samedi 12 janvier 2019 à Arles pour la Journée des fiancés. Entre témoignages, partages et bénédiction, les participants sont repartis avec la certitude qu’ils ne seront pas seuls dans l’expérience maritale.

« Un tel concentré de bienveillance et de chaleur humaine, c’est rare, c’est presque déstabilisant ! » s’exclame Stéphane Rod, arlésien qui se prépare au mariage avec sa fiancée Cathy Teyssou. Les 30 couples de futurs mariés ont été en effet accueillis par une armée de bénévoles : 10 couples parrains, les 3 couples témoins, les organisateurs et les petites mains. À l’aide de partenariats avec des commerçants de la ville, les serviteurs ont voulu mettre les petits plats dans les grands, sans pour autant tomber dans une ambiance solennelle. Les participants ont été touchés par la disponibilité et la simplicité des bénévoles. « Notre couple parrain a six enfants, ils sont très occupés mais ils se sont efforcés de dégager leur samedi pour venir nous entourer et nous partager leur témoignage » raconte Aline Brenot, jeune arlésienne de 30 ans.

L’intérêt pour les expériences concrètes de la vie de couple

Caroline et Grégoire Chéreau

Tous saluent le courage dont ont fait preuve les trois couples de témoins. « Ils ont osé parler des difficultés qu’ils ont traversées : infidélité, burnout, addictions » reconnait avec admiration Aline. « On se retrouve dans ces expériences concrètes, on sait que cela peut nous arriver » renchérit Stéphane. Les organisateurs ont conscience que ces témoignages sont lourds et peuvent agir comme des électrochocs. « Il faut rejoindre les couples dans les préoccupations de leurs existences, du concret ! » Telle est la conviction de Nathalie Blaise, une des organisateurs de la journée. « Les futurs mariés semblaient en quête de recettes pour la longévité » analyse Caroline Chéreau, qui a témoigné avec son mari Grégoire. « Certains vivent déjà ensemble depuis longtemps – presque 10 ans – ils connaissent déjà les difficultés du quotidien. Ils veulent savoir comment surmonter des épreuves difficiles, comment durer ».

Ne pas être seuls

Aline et Raphaël

« Nous voulions transmettre aux fiancés notre conviction : le mariage fondé sur le Christ permet la continuité », poursuit la mère de famille. Cela passe par la prière de couple, les moments privilégiés à deux, sans enfant, un ajustement régulier sur le projet des époux. Les futurs mariés ont reçu le message. « Depuis samedi dernier, Raphaël [son conjoint, ndlr] et moi prions ensemble » explique Aline. « Nous sentons que cela nous fait du bien de nous poser, de nous consacrer un moment de calme dans nos journées ultra remplies ». Ils repartent avec la conviction qu’ils peuvent s’entourer lorsqu’ils rencontreront des difficultés, qu’ils peuvent demander de l’aide à Dieu dans la prière, mais aussi auprès des associations familiales, de la paroisse. Certains fiancés ont rejoint le parcours Alpha qui a commencé dans la foulée à Arles.

Agenda