« Prier : entrer en relation avec Dieu »

Le carême commence le 6 mars 2019, jour des Cendres. Sur ce chemin vers la fête de Pâques, les Chrétiens sont invités à ouvrir leur cœur à Dieu par trois dimensions de la vie spirituelle : le jeûne, la prière et le partage. Le Père Jean-Yves Théry, aumônier de la Maison Saint-Thomas de Villeneuve, définit la prière comme le moyen d’entrer en relation avec Dieu pour se laisser aimer par lui. Entretien.

Qu’est-ce que la prière ?

La prière est une démarche du croyant pour entrer en relation avec Dieu. Elle est une réponse à Dieu, elle signifie que le chrétien se laisse envelopper de son amour.

La prière n’est pas une technique de méditation. Alors que la méditation de pleine conscience correspond à une technique de présence à soi qui rend possible la paix intérieure par l’exercice du non-jugement (Définition de Martin Steffens), le but de la prière est d’entrer en relation avec Dieu.

Quels sont les différents types de prière ?

Il y a d’abord la prière de demande : « Demandez, et on vous donnera » dit Jésus dans l’évangile de Matthieu (Mt7, 7). C’est le cri des psaumes. Elle exprime la souffrance ou la révolte.

On distingue également la prière de pardon, ou encore la prière d’intercession.

Il y a aussi la prière spontanée dite « jaculatoire », du latin jacula, qui signifie « la flèche ». Elle touche Jésus-Christ directement au cœur. On peut prier ainsi tout au long de sa journée : dans la file d’attente de la pharmacie, dans la rue. On prie alors pour la dame qui attend devant, pour la beauté de la nature… Ces prières de la journée préparent le cœur de chacun à la prière personnelle, appelée oraison.

L’oraison est un cœur à cœur avec Dieu. Le croyant est invité à se mettre à l’écart, à faire silence pour écouter Dieu qui parle à travers les évangiles. On se décentre de soi pour se laisser aimer par Dieu. Cette prière suppose un acte de foi. C’est comme dans l’épisode de la femme hémorroïsse (Mc5, 25-34) : la foi de la femme permet à l’amour tout puissant de Dieu de s’exprimer et de la guérir. Par la prière de l’oraison, si on permet à Dieu de nous aimer, alors il va nous rejoindre.

Faut-il absolument prier avec les grandes prières chrétiennes ?

Il existe bien des manières de prier. Toutes ont la même valeur pour Dieu.

Je trouve que les grandes prières chrétiennes (Ave Maria, Notre-Père, Credo…) insèrent chaque chrétien dans une communion avec la communauté des croyants qu’est l’Église Catholique.

Quels sont les fruits ou la fécondité de la prière personnelle ?

La prière place le croyant en communion avec Dieu. « Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit » dit le Christ (Jn 15, 5) : ce verset signifie que l’on entretient une relation d’intimité avec Dieu.

La prière nous ouvre aux autres, elle nous donne la force de l’envoi.

Par contre, il ne faut pas penser la prière en termes de performance, d’efficacité ou de productivité. Elle n’est pas une technique. Généralement, on ne ressent rien pendant la prière d’oraison, hormis de l’ennui, de la fatigue et du manque de ferveur.

Dans les prières de demande, on peut être déçu car Dieu n’a pas exaucé la prière du croyant. La prière de demande est-elle vaine ?

Les fruits de la prière ne se trouvent pas toujours là où on les attend. Il arrive très souvent que l’on ne soit pas exaucé, ou pas immédiatement. Si on n’est pas exaucé, cela ne signifie pas que la prière n’avait pas de valeur. Il ne faut pas penser que la prière de demande a pour but d’arracher un peu de compassion à Dieu. Dieu est amour et il nous surprend en donnant des fruits par ailleurs. Le fait de ne pas être exaucé est une invitation à l’espérance.

En quoi la prière personnelle (quotidienne) aide-t-elle dans la vie ?

Quand on a des choix à faire, la prière peut aider à discerner. Le but de la prière consiste à s’ouvrir à la volonté de Dieu. Les choses se décantent dans la prière. Si une décision prise dans la prière apporte « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi » (Ga 5, 22-23), alors elle correspond au projet de Dieu, inspiré par l’Esprit Saint.

Quelles recommandations donnez-vous pour vivre la prière personnelle (quotidienne) pendant ce carême ?

J’invite à entrer en relation avec Dieu par la prière d’oraison : se mettre à l’écoute de Dieu en lisant et en priant sa parole.

J’invite à prendre une résolution forte pour faire l’effort de prier tous les jours, en dégageant son emploi du temps. Cela fait plaisir à Dieu, on se rend disponible pour qu’il nous enveloppe de son amour.