Même en été, on peut prier et méditer ! #8

Durant les mois de juillet et août 2020, le diocèse d’Aix-en-Provence et Arles vous propose de vivre au rythme de la Parole de Dieu à travers neuf petites méditations pour chacun des dimanches de l’été. Elles ont été rédigées par neuf membres de notre famille diocésaine aux profils et aux « états de vie » différents. Aujourd’hui, la méditation nous est faite par Geneviève, paroissienne de Puyricard.

 

L’Évangile du dimanche 23 août 2020 : Mt 16, 13-20

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ.

 

Geneviève, paroissienne de Puyricard

« Pour toi qui suis-je ? » Cette question le Seigneur me l’a posée souvent, surtout à des moments clés de ma vie attendant que je me positionne, que je le rechoisisse, que je lui redise simplement mon « oui ». Après une vie de foi vécue en couple, l’événement inattendu, brutal, de la séparation et du divorce et le chaos qui s’en est suivi ont ébranlé toute ma personne. « Qui suis-je pour toi ? » Ce cataclysme m’a obligé à réengager ma foi, à remettre Jésus à la première place, à cheminer jour après jour avec lui vers le Père, à consentir à une vie en solitude, habitée en réciprocité avec Lui et même, après des années, à pardonner. Et aujourd’hui, pendant le temps de confinement, ne pouvant pas communier physiquement au corps et au sang du Christ, je prie ainsi : « Seigneur je crois en ta présence dans l’eucharistie, je t’aime plus que toute chose et je désire que tu viennes dans mon cœur et dans mon âme. Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. » (Prière de communion spirituelle du pape François chaque matin à l’eucharistie de 7 heures). Cette prière me touche beaucoup. La dire à haute voix m’interpelle. Elle nourrit ma relation au Christ. Je me sens de plus en plus fille de Dieu, pierre vivante de l’Église du Christ animée par l’Esprit Saint.

« Pour vous qui suis-je ? »

« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Question fondamentale que Jésus pose à ses disciples. Pourquoi le suivent-ils ? Pour les guérisons qu’Il opère ? Pour son charisme ? Pour son enseignement ?… C’est le moment crucial de prendre position, en vérité. Profondément interpellé, Pierre dit ce qui lui est révélé à cet instant par le Père, cette évidence lumineuse qu’il ressent: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Et cette révélation il y croit, il y consent, elle va changer toute son existence. Jésus établit alors Pierre comme berger de son peuple, lui donne autorité sur son Église, lui fait pleinement confiance malgré ses faiblesses et ses reniements. C’est sur le Christ lui-même que l’Église s’édifie, « Il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu » (1 P 2, 4). Et nous, qui avons reconnu, comme Pierre, qu’Il est « le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » nous sommes appelés à entrer comme pierres vivantes dans la construction de la demeure spirituelle qu’est l’Église. (cf. 1 P 2, 5). Pierre est établi gardien de la porte de ce temple spirituel et veilleur sur la vie de l’Église. « Et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle ». À travers toute son histoire et encore aujourd’hui à travers ses faiblesses et ses épreuves, les abus de pouvoir, les abus sexuels et autres, les attaques contre les chrétiens dans le monde, cette affirmation du Christ rassure et apaise. Nous pouvons dire avec Paul : « J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni le présent ni l’avenir (…) Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur. » (Rm 8, 38-39) Pierre, puis chacun d’entre nous, reçoit les clés du royaume des cieux et sa mission d’annoncer l’Évangile, de proclamer l’amour et le pardon de Dieu proposés à tous les hommes.

Prière

Seigneur je te rends grâce pour ton Église, pour l’amour que tu as pour elle et pour chacun de nous. Amour qu’aucune puissance de mort ne pourra détruire. « Seigneur je t’aime plus que toute chose » Cette phrase qui exprime le désir de mon coeur, fais-moi, Seigneur, la grâce de la vivre chaque jour.

Voir en format PDF : Même en été, on peut prier et méditer #8