Merci Monseigneur Pontier !

ARNAUD

Par Arnaud Coppolani

Séminariste de l’archidiocèse de Marseille

Mercredi 5 juin 2019, au séminaire Saint Luc, visite de Son Excellence Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille.

À quelques heures de la fin de sa double mission d’archevêque de Marseille et de président de la Conférence des Évêques de France (C.E.F.), Monseigneur Georges Pontier a pris quelques heures pour parler avec les séminaristes du Séminaire Saint Luc d’Aix-En-Provence où il a actuellement en formation deux séminaristes de second cycle appelés à l’ordination diaconale en vue du ministère presbytérale le 23 juin prochain, cinq séminaristes de premier cycle et cinq propédeutes.

Monseigneur Pontier a voulu partager avec les propédeutes, les séminaristes et les Pères du séminaires ce qui habite et nourri sa vie de prêtre à travers trois textes bibliques disant quelque chose de sa vie, et de notre vie de baptisé (Mt 25, 31-46), de sa vie, et de notre future vie de prêtre (Jn 21, 15-19) ainsi que de sa vie, et de notre vie de serviteur du Christ (Jn 13, 1-20).

À travers ces trois textes Monseigneur Pontier a tenu à souligner l’importance vitale de l’enracinement dans l’amour au Christ, et donc au Père, amour ne pouvant être entier et véritable que soutenu par la force de l’Esprit Saint. Mais aussi l’importance de l’amour envers les plus petits, les plus pauvres de tous horizons. Seul antidote à l’abus de pouvoir dont pourrait être tenté chacun d’entre nous. Monseigneur Pontier a rappelé que « le pouvoir ne s’exerce pas d’en haut, mais d’en dessus, qu’il ne s’exerce pas pour abaisser mais relever et accompagner les hommes ». Pouvoir que lui-même a toujours exercé en ce sens depuis son ordination sacerdotale en 1966, mais aussi, et surtout depuis son ordination épiscopale en 1988, date à laquelle il choisit comme devise « pauperes evangelizantur » (“La Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres”, Mt 11, 5).

Après cela Monseigneur à Pontier a présidé l’office des Vêpres puis partager un repas de fête, où fraternité et franche camaraderie étaient présentes, au cours duquel le séminaire a souhaité mettre à l’honneur le Sud-Ouest, région natale de l’archevêque.