Histoire du séminaire

Des origines à nos jours…

1585 : Ouverture d’une première maison de formation des futurs prêtres à Aix-en-Provence par Monseigneur Canigiani, archevêque d’Aix, ami de saint Charles Borromée et père du concile de Trente.

1655 : Le cardinal Grimaldi succède à Mgr Canigiani. Dès son arrivée à Aix, il approuve les dispositions du Chapitre pour le Séminaire, aide à l’achat d’un terrain et aux constructions aménagées pour un séminaire scolastique. Le transfert est effectué en juin 1660. Si le cardinal Grimaldi est considéré comme le fondateur définitif du Séminaire d’Aix, le chapitre métropolitain en demeure, à sa gloire, l’initiateur et le créateur.

1906 : Suite aux lois laïques, le grand Séminaire est confisqué. Il devient un collège de jeunes filles.

1907 : Le grand Séminaire s’installe au 7, cours de la Trinité à Aix-en-Provence (l’adresse actuelle).

1927 : Le Séminaire commence à accueillir des séminaristes d’autres diocèses.

1969 : En raison de la baisse sensible des vocations, le Séminaire d’Aix est fermé. Trois séminaires inter-diocésains assurent la formation des futurs prêtres de la région apostolique : Montpellier, Marseille et Avignon.

1984 : Monseigneur Bernard Panafieu décide la réouverture du Séminaire diocésain. Il ouvre également une année propédeutique : l’année saint Jean-Baptiste. c’est un acte de foi et d’espérance qui porte des fruits : de 1984 à aujourd’hui, le Séminaire a formé de nombreux de prêtres pour le diocèse d’Aix et plusieurs autres pour l’extérieur.

2014 : Le séminaire fête ses trente ans de refondation.

2018 : Le Séminaire diocésain Saint-Luc, sous la responsabilité de l’archevêque d’Aix et Arles, accueille les séminaristes de plusieurs diocèses : Aix et Arles, Ajaccio, Cayenne (Guyanne), Digne, Gap et Embrun, Marseille, Monaco et Nice. La communauté compte 32 séminaristes en formation, dont 4 sont en stage pastoral à l’étranger ou dans leur diocèse. Le conseil des Pères est constitué du Supérieur et de 5 prêtres des diocèses d’Aix-Arles et Marseille. L’année propédeutique Saint-Jean-Baptiste compte 14 hommes en discernement, dont 5 de la Province de Toulouse.