Deuil, funérailles, veuvage

« Elle a du prix aux yeux de l’Éternel,
La mort de ceux qui l’aiment »

Psaumes 116, 15

Quand on perd un proche, on est soumis à des sentiments divers qui varient selon l’étape du deuil : la sidération, le déni, l’état dépressif, la colère, la peur, la tristesse. On éprouve aussi le manque de la présence de la personne décédée.

Il arrive d’être en colère contre Dieu, surtout quand la mort est inattendue, brutale, accidentelle. On se demande pourquoi.
« Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants » (Livre de la Sagesse I, 13). Jésus-Christ, le fils de Dieu, a lui-même été bouleversé par la mort de son ami Lazare. Il a pleuré.

Pourquoi la mort ?

Dieu n’a pas fait la mort, Il ne se réjouit pas de la perte des vivants (Sg 1,13). C’est par l’envie du diable que la mort est entrée dans le monde (Sg 2, 24). Dans la Bible, l’explication de la mortalité de l’homme s’exprime par « la chute ». Parce que le péché, ce qui coupe de Dieu, s’est glissé dans le paradis où Adam et Ève vivaient en harmonie avec eux-mêmes et avec Dieu, ils doivent le quitter. La pénibilité du travail, la souffrance, la mortalité, la tentation du péché sont des signes de cette coupure d’avec Dieu.

La mort est-elle définitive ?

Les chrétiens croient que la mort n’est pas définitive. Grâce à la résurrection de Jésus-Christ le fils de Dieu, Ils croient à la résurrection des morts et à la Vie Éternelle. Cette Vie Éternelle, qui commence sur terre, est une communion parfaite entre l’âme et Dieu, sans être coupé par le péché.
À la mort, il y a séparation du corps et de l’âme. Le corps se décompose pendant que l’âme va à la rencontre de Dieu et attend qu’au dernier jour elle soit de nouveau réunie au corps ressuscité. Le comment de la résurrection reste un mystère. Quelle forme aura le corps ressuscité ? On ne sait pas la forme qu’il prendra. Au ciel, plus rien ne pourra séparer de Dieu l’âme du croyant qui a cherché et aimé Dieu toute sa vie.

Comment surmonter le deuil ?

Lors d’un deuil, les sentiments se bousculent. On peut avoir besoin de solitude ou bien le besoin d’être entouré. On peut avoir besoin d’être accompagné ou d’être simplement écouté. Des réseaux chrétiens de solidarité et d’entraide existent.

Actualités

dufour-rcf-dialogue

Les obsèques sont une Pâque

18 300 personnes sont décédées dans les Bouches-du-Rhône en 2017. L’Église catholique dans les diocèses d’Aix et Arles et de Marseille a célébré près de 9000 obsèques, soit une personne sur deux. L’Église catholique est encore très sollicitée lors des décès, mais sait-elle encore répondre aux attentes ? Mgr Dufour y répond dans l’émission La voix des […]