Nos convictions

Un appel du Seigneur

Il s’agit d’abord de répondre à l’appel du Seigneur dès l’Ancien Testament, repris par Jésus dans la dernière parole, programmatique, qu’il adresse à ses disciples avant son Ascension : « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins, à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8 ).

Rencontrer le Christ

Le témoignage s’enracine dans l’expérience de la rencontre personnelle avec le Christ, par sa Parole, son pardon, son amour. « Nous avons cru à l’amour de Dieu : c’est ainsi que le chrétien peut exprimer le choix fondamental de sa vie. À l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive ».

Se former

Il faut se former au témoignage. Le pape François a défini ce qu’il entendait par témoins en utilisant la désormais célèbre formule « disciple-missionnaire », et dans La Joie de l’Évangile, il en donne les principales caractéristiques qui guident cette formation. « L’Église « en sortie » est la communauté des disciples missionnaires qui prennent l’initiative, qui s’impliquent, qui accompagnent, qui fructifient et qui fêtent ».

Être avant de faire

Être témoin c’est avant tout être plutôt que faire, chercher à entrer dans un processus de conversion personnelle. Dans chacune de nos vies, il y a bien des choses à renouveler, déposer, réajuster… Il s’agit avant tout d’un recentrement-décentrement (sur le Christ) : c’est ce à quoi la première moitié de la formation s’appliquera.

Renouveler nos pratiques

Ainsi renouvelés, nous sommes invités non seulement à de nouvelles initiatives missionnaires, mais aussi à une nouvelle manière d’envisager tous nos engagements pastoraux et toutes nos pratiques pour leur donner un souffle missionnaire.

Ensemble

Nous ne sommes pas seulement « témoin » mais « témoins » : il faut apprendre à vivre la mission ensemble, en Église.

Toute la personne

L’apprentissage de la mission passe par une formation de toute la personne : spirituelle (prière), intelligence de la foi (catéchèse) et formation à la relation pastorale. Chaque rencontre sera donc articulée en trois temps : un temps de prière, un temps d’enseignement et un temps d’échange. Le temps d’enseignement regroupera lui-même trois courtes interventions attachées à ces trois dimensions : biblique, ecclésiale et pastorale.

Ne pas trop attendre

Une dernière conviction : la formation initiale n’a pas à se prolonger trop longtemps. Elle doit être brève pour orienter vers l’action pastorale. Elle pourra être ultérieurement complétée par des modules de formation permanente, en fonction des attentes de chacun et surtout des nécessités de la mission.