Retour sur l’intervention de Valérie et Privat Ternynck, responsables nationaux du parcours d’éducation à l’amour « Parlez-moi d’amour »

Cette intervention de Valérie et Privat Ternynck, auteurs du livre « le sexe et le cœur » a eu lieu le 3 décembre à 20h30 à la maison diocésaine à Aix.

La salle Chêne de Mambré était relativement pleine pour accueillir Valérie et son mari le 3 décembre, jour de l’anniversaire de monseigneur Dufour pour qui nous avons chanté « joyeux anniversaire » pour débuter la soirée ! Parents, enseignants, intervenants en EARS étaient présents pour mieux s’approprier cette éducation à l’amour, trouver la bonne posture et les mots avec les jeunes.

Valérie Ternynck intervient très régulièrement auprès des jeunes dans les établissements scolaires sur 2 heures. A partir de leurs questions, filles et garçons séparés, elle cherche le beau, l’élan, le talent du jeune pour le valoriser et le rejoindre dans son intériorité. Son parcours est nourri de l’expérience du Père Sonet.

Pourquoi parler de sexualité ?

–  Ce que vivent les jeunes est difficile : les garçons sont jugés sur leurs performances, les filles le font pour le faire. Les jeunes ont un langage très technique. La sexualité doit être englobée dans un domaine plus large.

– si on ne leur parle pas de sexualité, les jeunes cherchent les réponses ailleurs.

– le chemin de l’amour est ardu mais tellement beau, remettre cette beauté au centre du sujet. Rester dans une posture positive, leur mettre un baume sur leur cœur.

. à travers la sexualités, toucher leur cœur.

– les parents ont une grâce spéciale pour parler à leurs enfants. Surpassons nos peurs parentales ! Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que ca devient difficile !

– le lieu de nos blessures est le lieu de la rédemption. Un chrétien n’est pas quelqu’un qui tombe, mais quelqu’un qui se relève. Rejoindre le jeune dans sa blessure pour lui faire faire un plus grand chemin.

La personne dans ses 4 dimensions

Valérie prend l’image de la poupée russe, dont la plus grande est notre corps. Cette dimension nous permet d’entrer en contact, nous identifie et nous définit. Le corps a une mémoire, belle ou abîmée, en particulier par la pornographie.

La deuxième poupée est nos émotions : ce que nous ressentons nous met en garde, nous alarme sur la personne que nous sommes. Connaitre les 4 grandes émotions. Elles révèlent parfois de profondes blessures.

Ensuite, l’intelligence, à relier à la volonté. L’intelligence permet de se relever, de grandir après un acte mauvais. Elle permet de choisir, réfléchir, raisonner. La personne ne se réduit pas à ses actes. Quand on pose un acte, vérifier que l’intention est bonne, que les circonstances sont bonnes.

La dernière poupée, la plus cachée est le cœur profond, c’est notre trésor, ce que l’on est vraiment. C’est là qu’est inscrit la recherche du bon, du bien, du beau en toute personne. C’est le lieu de la liberté.

Ces 4 dimensions de la personne sont aussi importantes les unes que les autres. Le corps, la sensibilité et l’intelligence peuvent être blessées, pas le cœur profond. Il peut guérir les autres dimensions.

Unifier les 4 dimensions de notre personne

en équilibrant les 4 dimensions et en les mettant en accord devant nos choix,

– en se réconciliant avec notre passé,

– en reconnaissant et en guérissant nos blessures

L’escalier de l’amour

Toute relation d’amour ou d’amitié, avant d’atteindre son plein accomplissement, doit passer par 4 paliers, 4 marches qui ont toute leur utilité :

– tout d’abord, le juste amour de soi (indispensable pour aimer l’autre)

– puis l’amour de l’autre pour soi (l’autre me plait et m’attire)

– puis l’amour de l’autre pour l’autre (je veux son bien)

– enfin l’amour des 2 personnes offert aux autres.

Postures face à notre jeune :

– Etre réaliste

– Accepter notre vulnérabilité

– Refuser le laxisme, le relativisme

– Croire en lui, l’aimer inconditionnellement

– Se pardonner devant les enfants, s’aimer dans les difficultés

Formation à « Parlez-moi d’amour » les 1er et 2 mai 2020 à Aix en Provence