L’Église diocésaine d’Aix et Arles

Présentation

Le département des Bouches-du-Rhône comprend deux diocèses distincts, Marseille et Aix-Arles.

Le diocèse de Marseille a pour territoire Marseille et sa périphérie. Le diocèse d’Aix et Arles s’étend sur le département hors Marseille.

Sa superficie est de 475 950 ha pour une population de 960 000 habitants. Il comprend 120 paroisses, dont certaines sont regroupées en unités pastorales.

Un territoire protéiforme

 

Au cours des siècles, les frontières du diocèse ont varié, jusqu’au Concordat de Napoléon en 1801 qui réunit les deux archevêchés d’Aix et d’Arles. Actuellement, le diocèse est limité au Nord par la Durance et le département du Vaucluse, à l’Ouest par le Rhône et le département du Gard, au Sud par la Méditerranée et l’agglomération marseillaise, à l’Est par les derniers contreforts de la montagne Sainte-Victoire, le Mont Aurélien et le département du Var.

Au plan socio-économique, le diocèse est caractérisé par :

  • Une urbanisation rapide et un brassage de populations de toutes les régions de France, avec un apport important de rapatriés d’Afrique du Nord et un grand nombre d’immigrés de pays méditerranéens.
  • Une forte implantation industrielle autour de l’Étang-de-Berre (sidérurgie, constructions aéronautiques, industrie du pétrole) et dans le bassin de Gardanne. S’y ajoutent le Canal de Provence, l’aéroport de Marseille-Provence (à Marignane) et la recherche nucléaire à Cadarache.
  • Une région agricole (maraîchers) avec un marché de dimension européenne à Châteaurenard.
  • Une Cour d’Appel à Aix-en-Provence (la seconde après Paris), des Universités avec le Rectorat, un Institut d’Études Politiques.
  • Dans le domaine artistique et culturel, le festival de Musique d’Aix-en-Provence, celui de Photographies d’Arles, de Piano de la Roque d’Anthéron, d’orgue de Saint-Rémy de Provence, ont une audience internationale.
  • Le siège de l’École Supérieure de l’Air et de la Patrouille de France à Salon de Provence.

 

 

 Point d’entrée du Christianisme en Provence

 

La tradition raconte que la foi chrétienne est arrivée en Provence grâce à Marie-Salomé et Marie-Jacobé. Ces deux femmes, premiers témoins de la résurrection de Jésus-Christ, ont dérivé sur une barque depuis la Palestine, accompagnées de Lazare, Marie-Madeleine, Marthe et Maximin. Les deux Maries, mères d’apôtres, sont les fondatrices des premières communautés chrétiennes sur le territoire de l’actuel diocèse d’Aix et Arles.

Peu de renseignements antérieurs au IIIème siècle ont traversé le temps. Mais le nombre et la richesse des sarcophages d’Aix et d’Arles attestent la vitalité de la chrétienté locale au IVème et Vème siècles. Un évêque d’Aix était présent au Concile de 381 à Constantinople.
  • 425 : saint Honorat, fondateur de l’abbaye de Lérins est évêque d’Arles.
  • 507 : saint Césaire, également moine de Lérins devenu évêque d’Arles, fonde un couvent de moniales, une grande innovation à l’époque, en Gaule.
  • 956 : l’abbaye de Montmajour est fondée.
  • 1175 : l’abbaye de Sylvacane est fondée.
  • 1100 : le Bienheureux Gérard Tenque (1040-1120), originaire de Martigues selon la tradition, fonde l’hôpital Saint-Jean de Jérusalem.
  • Début du Xlllème siècle : St Jean de Matha établit à Arles un des premiers couvents de Trinitaires pour le rachat des prisonniers tombés aux mains des « barbaresques ».
  • 1220-1223 : les fils de Saint François arrivent à Aix, Arles et Salon, du vivant même de saint François d’Assise.
  • 1401 : saint Vincent Ferrier vient prêcher à Aix et le Bienheureux André Abellon en 1415, durant la peste.
  • 1658 : un séminaire ouvre à Aix, grâce au Cardinal Grimaldi.
  • 1675 : Monseigneur de Grignan fonde un séminaire à Arles, à la suite du Concile de Trente (1545-1563).
  • 1792 : Jean-Marie du Lau, Bienheureux martyrisé durant la Révolution, est le dernier archevêque d’Arles.
  • 1839 : saint Laurent Imbert, évêque missionnaire né à Marignane, subit le martyre à Séoul, en Corée.
  • 1816 : le Père Eugène de Mazenod (canonisé le 3 décembre 1995) fonde à Aix les « Missionnaires de Provence » qui deviendront les « Oblats de Marie Immaculée ».
  • 1857-1873 : Monseigneur Chalandon devient évêque du diocèse d’Aix, il avait été précédemment l’évêque du curé d’Ars
  • Monseigneur Forcade lui succède (1873/1885). Il avait accueilli Bernadette Soubirous à Nevers.
  • Début du XXème siècle : au moment de la loi de séparation des Églises et de l’État, le territoire vit des tensions. Les mentalités ont été marquées par l’Action Française, dont le fondateur Charles Mauras est né à Martigues et a fait ses études à Aix.
    Maurice Blondel (1841-1949), professeur à l’université d’Aix, a été à l’origine d’une recherche philosophique et théologique et d’une ouverture sociale dont le courant de pensée aboutira au Concile Vatican II.
  • 1940 : la Fraternité des Petites Sœurs de Jésus est fondée au Tubet près d’Aix.
  • 1962 : Monseigneur Charles de Provenchères (archevêque de 1946/1978) participe au Concile Vatican Il.
  • 1978-1994 : Monseigneur Bernard Panafieu est archevêque d’Aix et Arles. Il est créé cardinal en 2003..
  • 1995 : Monseigneur Louis-Marie Billé est nommé Archevêque d’Aix et Arles. Il est élu Président de la Conférence des Évêques de France le 5 novembre 1996. Il est créé cardinal en février 2001.
  • Juin 1999 : Monseigneur Claude Feidt, alors archevêque de Chambéry, est nommé au siège d’Aix et d’Arles, à la suite du transfert de Monseigneur Billé à Lyon. Il est consacré évêque du diocèse d’Aix et Arles le 5 septembre 1999.
  • 20 mai 2008 : le Pape Benoît XVI nomme Monseigneur Christophe Dufour archevêque-coadjuteur du diocèse d’Aix et Arles.
  • 29 mars 2010 : Monseigneur Christophe Dufour devient archevêque d’Aix et d’Arles, suite à la démission de Monseigneur Claude Feidt.